Pas (ou peu) d’écrans avant 3 ans, en quoi c’est important ?

Entourés par les écrans dans votre quotidien, la tâche vous paraît très difficile ? En quoi les écrans ne sont-ils pas des jouets comme les autres ?

Omniprésents aujourd’hui dans nos vies, capteurs d’attention, les écrans font « écran » : ils modifient nos relations aux autres et inévitablement modifient la relation qui nous lie à nos tout-petits. Ces dernières années, les contenus « éducatifs » et « adaptés » sur écrans se multiplient pour les très jeunes enfants. Cependant les spécialistes s’accordent à dire que ces programmes et jeux n’ont aucun effet bénéfique sur l’enfant. Ils pourraient même freiner son développement.

La petite enfance, une étape determinante dans le developpement de l’enfant

L’enfant apprend avant tout avec ses 5 sens, il a besoin de goûter, toucher, jeter, tirer, pousser, peser pour comprendre le monde qui l’entoure. Durant ses 3 premières années de vie, il construit ses liens d’attachement, les liens qui l’unissent à ses parents, frères et sœurs et son entourage. Ces liens l’aideront à construire ses repères dans l’espace, dans le temps et développer son langage. C’est dans cet environnement social sécurisé que l’enfant va pouvoir construire son rapport au monde et développer son autonomie.
Préoccupé par le quotidien, vous culpabilisez de ne pas pouvoir jouer avec lui et vous avez l’impression que les écrans l’occupent ? Dites-vous que l’ennui est constructif pour le développement de son intelligence, de son autonomie et son imaginaire.
Tout le temps passé par un jeune enfant devant un écran est un temps où il ne se confronte pas au monde qui l’entoure. Outre les risques sur sa vision, sa motricité, la qualité de son sommeil, il risque d’adopter la même attitude passive face au monde. La télévision ne peut pas offrir l’interaction dont il a tant besoin pour se développer.

L’enfant apprend avant tout avec ses 5 sens.

Comment reçoit-il vraiment ces images ? 

Entre 0 et 2 ans, bien que l’enfant soit déjà fasciné par l’écran allumé devant lui, il ne fait pas de différence entre les différentes images qu’il reçoit. Pour lui, il s’agit d’une suite d’éléments, avec une luminosité et des contrastes forts. Avec un livre sur ses genoux ou face à une photographie le jeune enfant prend le temps d’observer, de s’imprégner. A contrario, les images de l’écran de télévision se succèdent trop vite pour que celles-ci puissent prendre sens. De plus, l’enfant ne comprend pas encore la narration.
Dès son plus jeune âge et jusque 18 mois environ, l’enfant tente d’attraper l’objet sur l’écran et s’il a déjà l’habitude de toucher les écrans tactiles il balayera son doigt sur le papier à la recherche d’interactions. Il ne comprend pas encore la différence entre le monde en deux dimensions sur écran et le monde réel.
Attention également à une simple télévision allumée dans la pièce de vie. Même si l’enfant ne la regarde pas, les stimulations sonores et lumineuses impactent sa capacité de concentration.

Même si l’enfant ne la regarde pas, les stimulations sonores et lumineuses d’une télévision allumée impactent sa capacité de concentration.

La tablette tactile, une exception ?

Selon l’avis de l’Académie des sciences publié en 2013, la tablette peut participer au même titre que les autres jeux au développement cognitif de l’enfant. La tablette tactile est en effet le « format le plus proche de son intelligence » car l’enfant a besoin de toucher ce qu’il voit pour comprendre. Si sa durée d’utilisation est limitée et accompagnée, l’enfant peut apprendre la catégorisation des formes, des couleurs, des sons et les effets du mouvement du doigt sur l’objet.
Attention cependant, les capacités acquises sur tablette sont toujours à mettre en lien avec les jeux en trois dimensions. À titre d’exemple : faire un puzzle sur tablette ne développe pas les mêmes capacités dans le cerveau de l’enfant qu’un puzzle en bois ou en carton.

 

Les capacités acquises sur tablette sont toujours à mettre en lien avec les jeux en trois dimensions.

 

L’essentiel :
. Tout petit, l’enfant a besoin d’être acteur du monde qui l’entoure plutôt que spectateur.
. Apprivoisons la découverte des écrans avec lui. Faisons-en un support d’échange.
. Adultes, re-pensons notre propre consommation d’écran. Accordons-leur des moments sans écrans.
. Rappelons-nous qu’une fois ses repères construits, l’enfant aura tout le temps pour découvrir le monde numérique avec vous.

 

Article rédigé pour le Labo des images,

le blog du Pôle éducatif des Rencontres Audiovisuelles.
www.labodesimages.com

Pas (ou peu) d'écrans avant 3 ans, en quoi c'est important

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s